A propos

Mon histoire

Comment est né le site le pouvoir des aliments ?

Chaque année, on se souhaite les bons vœux, « bonne année et une bonne santé ». Il est vrai que bien vivre dépend en partie de notre santé, mais quelle est sa définition ? C’est un état de bien-être complet physique, mental et social, et il ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. Cela implique que tous les besoins fondamentaux de la personne soient satisfaits, qu’ils soient affectifs, sanitaires, nutritionnels, sociaux ou culturels, et ce du stade de l’embryon (voire des gamètes) à celui de la personne âgée. Pourtant, dans nos sociétés dites “modernes et évoluées”, cette définition n’est pas tout à fait respectée, nous sommes face à une augmentation constante de maladies.

Mais pour quelle raison?

Lorsque tout va bien on se pose rarement des questions sur notre état de santé, mais dès que les choses commencent à se détériorer comme tout le monde, on va voir son médecin de famille. Après examen, il nous prescrit des médicaments le plus souvent chimiques pour traiter les symptômes, et en général, les choses se tassent, les choses s’arrangent en apparence, un peu comme lorsque l’on met la poussière sous le tapis, pour montrer que c’est propre, mais en réalité il n’en est rien.

Avec les traitements, les symptômes vont disparaître, mais pour la ou les causes, qu’en est-il ?

Aujourd’hui, dans une grande majorité des cas, la réponse aux maux est la solution chimique, comme si la chimie était la seule réponse pour préserver notre santé. Elle n’est pourtant pas si vieille que cela, nous dépendons de la chimie depuis les années 50 seulement. Auparavant, les gens se soignaient en partie avec l’alimentation qu’ils cultivaient et qu’ils élevaient (basse-cour) et les vieux “remèdes de grand-mère”.

Maintenant, nous dépendons de l’industrie agrochimie, industrie agroalimentaire et pharmaceutique pour nous nourrir et pour nous soigner, qui essaye tant bien que mal de sauver les apparences.

Mon histoire personnelle

Au moment où j’écris ses lignes, en 2017, j’ai 39 ans et j’ai un poids normal pour ma taille : 62 kg pour 1,67 m. Mon IMC est normal mais cela n’a pas toujours été le cas. Après 30 ans, devenu très sédentaire, j’ai pris du poids sans réellement m’en rendre compte, je suis monté à plus de 76 kg, quasi 15 kg de trop. J’avais des douleurs au ventre régulièrement, avec les joies qui vont avec, flatulences, diarrhées, constipation, etc. On m’a diagnostiqué une sensibilité au gluten qui est différent de l’intolérance, j’étais un grand mangeur de pain surtout blanc. En enlevant tous les produits à base de blé, mon ventre se sentait mieux ; je me suis tourné vers les produits sans gluten, croyant qu’ils sont meilleurs pour la santé, ce qui est totalement faux. Par la suite, j’ai aussi été obligé d’arrêter les produits laitiers. Adieu mon chocolat au lait du matin.

J’ai perdu beaucoup de poids, je suis descendu à 55 kg qui, pour le coup, était trop bas, et mes douleurs au ventre sont revenues. Là je me suis dit « Je vais finir par manger quoi ? »

Si je fais le bilan…

Je ne peux plus manger de produits :

  • À base de blé où le gluten est présent, on retrouve cette protéine dans au moins 70 % de l’alimentation moderne,
  • Laitiers, car le sucre du lait, la lactase, et la caséine, protéine du lait, ne conviennent pas à mon intestin. Les dérivés du lait sont très présents aussi dans la composition de notre alimentation,
  • Sans gluten,
  • Qui sont bourrés d’additifs chimiques.

Alors, quoi faire ?

Des aliments qui sont dans les recommandations “officielles” pour préserver ma santé me posent des problèmes de digestion, avec son lot de réjouissances.

Comment faire pour apporter à mon corps les besoins nutritionnels pour maintenir ce que la nature m’a donné : la santé ?

Première solution :

Passer de main de spécialiste en main de spécialiste pour trouver ce qui ne va pas chez moi, pour finir à “la solution chimique”, en mettant les appels de mon corps de côté ? Au risque de voir ce cadeau que dame nature m’a offert disparaître, et de donner la responsabilité de ma santé à d’autres personnes ?

Deuxième solution :

Se documenter sur l’alimentation et les besoins fondamentaux de notre corps auprès de spécialistes indépendants, et surtout tester. Nous sommes tous différents sur notre façon de digérer les aliments, notre flore intestinale ou microbiote est propre à chacun.

Les nouvelles découvertes sur l’intestin nous permettent de mieux comprendre cet organe magnifique qui est la clé de voûte de notre santé. Nous commençons à comprendre que l’intestin joue un rôle dans chaque fonction de notre corps. Il gère :

  • Notre santé,
  • Nos humeurs,
  • Nos comportements.

En parcourant le site “le pouvoir des aliments”, vous aurez accès à des conseils pour préserver votre santé, voire gagner en santé, et vous protéger de nombreuses idées fausses qui courent sur la médecine. Vous ne ratez aucune révélation utile et vous ne lisez que ce qui en vaut vraiment la peine. On peut suivre certaines recommandations lorsqu’elles vous permettent de vous sentir mieux et de devenir autonome, c’est-à-dire libre. Là, vous retrouverez votre plein pouvoir, vous saurez ce qui vous est utile pour passer une bonne journée, qu’elle soit sportive ou qu’elle soit tranquille.

Pensez-vous qu’une personne sportive ou qui a un métier physique devrait manger la même chose qu’une personne qui travaille derrière un bureau ou qui est sédentaire ?

Cela vous paraît-il logique que des étrangers nous disent de manger tous à l’identique ?

Cela vous paraît-il logique que nous mettions notre santé, notre trésor à des étrangers ?

Non, c’est notre corps qui nous informe, qui nous est propre ainsi que tout ce qui le compose (exemple : même le microbiote intestinal des vrais jumeaux n’est pas identique).

La clé de voûte de votre santé, téléchargez cet ebook gratuit :

intestin

Comment prendre soin de son intestin ?

Télécharger ce guide gratuit de 19 pages

-Quels sont les aliments à éviter?
-Quels sont les aliments à favoriser?  

Pensez à partager merci

Bonne lecture, et à très vite.

« La santé, ce n’est pas une recompose, c’est une responsabilité»

Jérôme.B le rédacteur du site.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.